Home Historique
Historique
PDF Imprimer Envoyer

Compagnie de tir au Papogay

Tradition ancestrale

La pratique du tir à l'arc est fort ancienne à Rieux. On en retrouve les traces dans deux cahiers de parchemin, l'un date de 1585 et appartenait à la Compagnie des Chevaliers de l'Arbalète (réservée aux Gentilhommes et aux principaux bourgeois de la ville), l'autre de 1589 conserve les statuts de la société du jeu de l'arc (réservée aux paysans et aux artisans).

De ces deux compagnies, persiste de nos jours la société du tir au Papogay.

Son but est de maintenir la noble tradition du tir à l'arc (sur un oiseau de bois et de fer juché sur un mât de 45m de haut, cet oiseau s'appelant Papogay (perroquet).

De l'origine à nos jours

A l'origine, un entraînement guerrier

Les victoires des anglais et d'Edouard III sur Philippe VI en 1346 démontraient la supériorité de l'Arc et de l'Arbalète. Instruit par ces sanglantes défaites, Charles V (dans ses ordonnances de 1369) enjoignit à ses sujets d'imiter leurs ennemis en s'exerçant au tir à l'arc et à l'arbalète.
Mais bientôt d'autres armes parurent grâce à l'usage de la poudre et au XVe et XVIe siècles, rares furent les villes qui mirent encore en pratique les ordonnances de Charles V.
Le jeu est resté cependant à l'honneur au Nord et au Sud de la France. Les joueurs prirent pour cible un oiseau de carton, puis de bois, placé au bout d'une perche qu'ils appelèrent Papogay.

Naissance d'une légende

En 1958 est créée la légende du Papogay. Après des années de pratique de ce jeu, les organisateurs des festivités décidèrent de donner une dimension mystique à cette tradition.
La légende a été écrite en hommage à la Tradition du Papogay par Jules Ponsolle, Poête et Félibre gascon, pour la Félibrée 1958 qui cette année là se déroulait à Rieux Volvestre. La Félibrée était alors la fête annuelle de L' ESCOLO DERAS PIRENEOS.

La légende du Papogay en version originale (Gascon)

Un cop, le diablo troubec mestre!
Abio mès d'un tour dins le sac,
Mès, quand roudabo per l'campestre,
De las soulanos a l'ubac,
Sabio pos qu'a Rius, en Boulbestre,
L'enncanaularon a l'estac.

Douncos, en un castèl de drac,
Al cap d'un sarradèl manhac
Ount le soulelh rajabo d'ouro,
Uno princesso panadouro,
Blincadisso, maridadouro,
Soumiabo d'un bèlh damaisèlh.
L'emmagenabo, subrebèlh,
Espasiè, balent guerrejaire,
Dansaire encantarèlh, troubbaire,
Noble, filh de rei e puisèlh!!!

Besets que l'diable i tenio l'èlh!

Aqueste, diablou farcejaïre,
Se cambiabo en so qu'i plasio
De chinis cops ausèlh boulaire,
D'autris tessou pèi belegaire,
Fasio l'anhèl se s'escasio.
Mès, s'i calio pos fisa gaire,
L'ausèlh auro poupat sa maire
Se n'i abio pres la fantesio.

Quand la damaiselho pensabo
Al cabalhè que cabalcabo
Sus un poulit poulhi tout blanc,
Ero 'quelh diable, tort e ranc,
Que fasio l'folh e la 'njagabo.

De taloment que s'anaigabo,
La pauroto malautejabo,
Se fasio primo coumo 'n fus
E 's metges e 's apouticaires,
Que mandabon de touti 's caires,
I coumprenion pos pus, res pus.
Anèguen querr 'escumenjaires,
Mounges, canounges, batejaires,
S'en troubec un qu'èro Calcus
E que diguec : "Assi i a 'n gus
Qu'aimo pos ausi l'Angelus!
Es elh qu'enloubeich la mainado,

Gaitats b'es encalenturado,
Mès sabi 'n remèdi famus:
Arrapen le demoun par l'mus
E 'n laboment d'aigo-senhado
I fara mès qu'un oremus!!!"

Mès Satan, aquelho canalho,
Ero pos de boun atela.
Quand se cresion de l'deicela,
Fugio, per l'truc d'uno sarralho,
Per tourna sourti pus enlha :
Se trufado del capela
E de touto la curetalho!!

Aco poudio pos mès dura.
Le rei qu'ag boulguec attura,
Fec troumpeta per las carrieros
Pels soubberjes e 's estremals,
Que calio despenja 's cremalhs
E dicha 'sta las cousinhèros,
And'acassa, duntro l'Inter.
Aquelh bastard de Lucifer
Que lhous fasio tant de misèros !
Assi, so que disio l'Edit :
" Qu'els joubis s'ag tengon per dit.
" Le que sira prou degourdit
" And'espoutensia l'filh del diable,
" Aquelh, quand fesso miserable,
" Pouira senhoureja pertout.
" Sira rei de Rius, remirable
" E s'ameritara, sustout
" La Princesso, tresors e tout.
" Que sio dit : digus nou deserto.
" Dau le dau ! la casso 's duberto!! "

Eron als prumièris de mai,
Las flous festejabon la primo
E l'diable negre, per la frimo,
S'èro cambiat en papogai.
Qu'ajèsso coulous, aco rai,
Le soulelh ja pintro plumotos,
Mès qu'uno bergounho, mamai !
Quand escarnissio las debotos !!
................................

Auro mès balgut nou'n fè cas.
Mès toutis i fasion la casso,
And'un dalh, and'uno pigasso,
Ero coutseguit pas a pas.
Les arquiès, camos en coumpas,
Tirabon que se pod pos dire.
Mès digus l'apuntabo pas :

S'eilunnabo d'un pam de nas.
Per tant que l'Poble, tire, tire,
Aquelh demoni d'auselhas
Se crebabo la pèl de rire.

Pr'aco i ajec un pastourèlh
Que t'i jouguec un tour noubèlh.
S'en anec a la castereto
Qu'abion bastit a La Bierjetto
E fasquec uno pregaireto
Que troubec le cami de l'Cèl :
" O Sento Bierjo benasido !
" Aimi la princesso poulido
" E, se me bouliots ajuda,
" Se coundousissiots la miu biro,
" Tout'n essen pos se que Tantiro,
" Ta pla m'i pouiro marida !

" Prego per ièu, Sen Sebastia,
" Be sabes que soun boun crestia
" E qu'embeji pos la fourtuno...
" Al diable me cal couppa l'mour.
" Siquenou bau mouri d'amour,
" Ja que n'aimarè pos se qu'uno !"

A penos s'ajec acabat,
Tantiro se troubec tibat
E partic ande l'arc semaire.
Fec un hilhet repoutegaire
Quand bic le bec repicoutat
E, sense se bouta d'escaire,
T'i mandec, tout'n fèn fiula l'aire,
un biro-bè-t'en ta butaire,
Que l'autre se troubec coutat
E s'apploumbic, a bèl patac,
Sul poble tout rebiscoulat,
Que cridec, d'un èime benjaire :
" Ja i es ! Tantiro l'a toucat ! "

La primo semblec pu flourido,
Tout so qu'èro biu alendec.
La princesso fec lhèu garido
E Tantiro s'i maridec.

Desumpèi, a Rius, en Boulbestre,
Le prumiè dimendje de mai,
Un Rei desquilho l'Papogai
Per fè bèire a tout le campestre
Que, per tant que sio filh de pai,
Un cop, le diable troubec mestre !

 

La légende du Papogay en version française

"... Le diable hantait la contrée. Il se changeait
en ce qu'il voulait dans le but de séduire une jolie
princesse, fille du maître de la cité. Le seigneur,
craignant de voir son enfant ensorcelée, ordonna que
l'on fasse la chasse au démon, promettant à qui le
tuerait son trésor et la jeune personne.

C'était un premier Dimanche de Mai : Satan s'était
changé en " Papegay ". Les gens de la ville, armés
d'outils et d'arcs le cherchaient dans toute la
campagne.

Avec la grâce de Saint-Sébastien, patron des archers,
un jeune " pastourèlh " (berger) nommé Tantiro,
épris de la " maïnado " (la fille du seigneur) transperça
l'oiseau maléfique d'une fléche, gagnant ainsi
le titre de " Roy " de Rieux et le coeur de la
" tendre et blanche personne ".

 

Statut actuel

Fortement inspirés par ceux des compagnies de 1585 et de 1589 (à connotation fortement religieuse) les statuts fixent les règles du jeu du tir au Papogay.

Article 1:
Les membres de la compagnie, le 1er dimanche de mai, se réuniront chaque année pour tirer sur le Papogay, celui qui le déquillera sera "roi". Il aura pour sujets ses compagnons, qui lui rendront toute l'année honneur et révérence.

Article21:
Tous les archers, le jour du tir, sont tenus d'aller en défilé à travers la ville, du lieu de rassemblement fixé, jusqu'au mât.

Article14:
Le tir aura lieu sur un oiseau de bois et de fer de 4,5 kg fixé sur un mât de 45 mètres de haut.

Article17:
Après l'intronisation du roi, on tirera à la cible. Les deux meilleurs tireurs seront déclarés connétable et huissier.

Article3:
Au bout d'un an, le roi sera tenu d'offrir un gouter aux fifres et tambourins qui viendront lui faire la sérénade la veille du tir.

























Ville Cité de Rieux Volvestre

La ville cité de Rieux, située à une cinquantaine de kilomètres de Toulouse, s'embellit dans ses vieilles rues, de demeures à colombages et d'une très belle cathédrale.

Riche de son passé, rieux fut le siège d'une judicature royale et fut érigé en évêché en 1317.

Les Rivois enracinés dans ces vieux murs centenaires, ont su conserver et faire valoir la tradition la plus populaire et la plus sacrée de la belle cité: Le Tir au Papogay.

  • La cathédrale: Buste de Saint Cizi
  • Les Evêques de Rieux

Buste reliquaire offert par la compagnie du Jeu de l'Arc placé sous la protection de Saint-Sébastien