Home Préparatifs
Préparatifs
PDF Imprimer Envoyer

La tradition des flèches

Dans la tradition du Papogay, les archers confectionnent eux même leurs fléches.

Elles sont réalisées à partir de rondins de bois (frêne), de plumes de canard et de filasse (crin de chanvre ou de lin).

Dans un premier temps, le frêne est taillé en rondin, de 80cm de long environ et 8mm de diamètre, sur lequel sont faites trois rainures visant à accueillir les plumes de canard.

Puis, les plumes sont collées dans les rainures prévues à cet effet, et sont maintenues à chaque extrémité par la filasse. Cette partie de la fléche sert de gouvernail, elle permet aux fléches de garder la trajectoire donnée par l'archer.

Ensuite, sur l'extrémité postérieure de la fléche (partie que l'archer tient dans la main quand il tend l'arc) on colle de la filasse afin de confection l'étoupe. En effet, cette partie de la fléche est trés importante car plus l'étoupe est bien faite, plus la fléche sera facile à tirer.

Enfin, sur l'extrémité antérieure de la fléche est fixé un "fer" à bout plat. En effet, le premier but du "fer" est de lester la fléche afin qu'elle puisse être tirée et le but second est d'infliger de forts impacts à l'oiseau de métal et de bois en haut du mât. Néanmoins, les "fers" sont plats et non pointus pour des raisons de sécurité et d'usage, à savoir démancher l'oiseau du mat et non se planter dedans.

 


 

Le montage de mât

Depuis quelques années, nous avons décidé de monter le mât nous même (tâche auparavant délégué à la municipalité) afin de transmettre ce savoir faire au génération future.

Dans un premier temps, on installe les 3 oiseaux sur leurs mâts respectifs.

 

Puis, on installe le mât des adultes à la verticale grâce à des poids accrochés à sa base et à un engin du batiment. L'aplomb du mât est assuré par 4 aubands.

 

Ensuite, on dispose la chévre de chaque coté du mat.

Enfin, les 2 autres mâts (petit et moyen) sont fixés à la chèvre.

Voici un petit diaporama montrant le montage du mât dans son intégralité.